nl

Préparatifs

de la balade

___
Point de départ
De Remise, Leroyplein 2 3740 Munsterbilzen
Informations
  • Chaussures
  • En période de pluie, les bottes sont indespensables
  • Les chiens doivent être tenus en laisse

Munsterbos

  • Temps 9800 min.
  • Difficulté *
  • Distance 0.12 km
  • carte de Belgique

carte de Belgique

En partenariat avec :

La promenade débute au parc de la Waterstraat à Munsterbilzen. Le nom de cette rue n'est pas un hasard, pas moins de six ruisseaux sillonnent le Munsterbos.  Vous entrez directement dans le bois. Toutes sortes de mésanges vous font profiter de leurs talents. Même si vous n'y connaissez pas grand-chose aux oiseaux, vous ne pourrez que vous régaler du spectacle. Si vous êtes immobile et que vous faites bien attention, vous pouvez même apercevoir un oiseau noir et blanc avec une tache rouge à la base de la queue : le pic épeiche.

eau, cascade

Si vous suivez la promenade balisée en rouge, vous avancez un peu plus loin sur le chemin principal à travers le Munsterbos. Le long de cette drève vivent de nombreux écureuils dont vous pourrez observer les jeux dans les arbres. Ce sentier rejoint la tour d'observation sur laquelle vous profiterez d'une vue magnifique sur les étangs. Les constructions en bois dans les étangs datent du temps où le Munsterbos était encore une chasse privée, où dix mille canards étaient relâchés chaque printemps pour être tirés à l'automne. Sur ces pieux immergés, vous pouvez parfois apercevoir des cormorans déployant largement leurs ailes. Cet oiseau primitif n'a pas de graisse sur ses plumes, ce qui fait que son plumage n'est pas imperméable. Avant de pouvoir reprendre son envol, il doit d'abord faire sécher ses plumes. D'autres oiseaux tels que le butor, le gorge-bleue à miroir et le râle d'eau trouvent également refuge dans ces étangs. 

arbres, ciel, tour d'observation

Plus loin, notre route nous mène à la chapelle de Sint-Amor, digne d'un conte de fées. Celle-ci a été construite à partir de pierres récupérées de monuments détruits par la guerre. À côté de la chapelle pousse l'arbre le plus ancien de la forêt, un hêtre âgé de 250 ans. Comme un pater familias, il veille sur sa descendance. Ce n'est qu'au dix-huitième siècle, lorsque les Autrichiens ont eu besoin de bois pour la navigation et l'exploitation minière que des arbres ont été plantés ici.
 
Une barrière rabattante vous permet d'accéder à la zone de pâturage. Dans cette partie du parc, l'ancienne bruyère a été restaurée. Les graines de bruyère, tout comme la Belle au bois dormant, peuvent dormir 100 ans avant de finalement éclore. Natuurpunt a endossé ici le rôle du prince qui libère la princesse, en éliminant les plantes envahissantes. Les rosiers étouffants dans le conte représentent dans ce cas les pins sylvestres en plantation serrée qui ne laissaient pas parvenir la lumière jusqu'à la bruyère. Si vous regardez bien, vous apercevrez dans ce paysage de bruyère le dessin des anciennes rigoles qui permettaient d'évacuer l'excédent d'eau. Ces rigoles sont un véritable paradis pour les grenouilles. En été, des moutons paissent ici pour s'assurer que la bruyère reste bien dégagée. Depuis la bruyère, un chemin de rondins vous emmène le long du sinueux ruisseau Bezoensbeek.
 

prairie, arbres, forêt

___
Partagez vos photos avec nous